Publicités

La posture

On a jamais fini avec la formation du corps, mais…

La Dynamique nait de la Statique, la posture nourrit le mouvement, l’enrichit, lui donne corps.
Faire de la dynamique sans la statique, c’est comme dévoiler une roue de vélo alors qu’on est encore en train de rouler avec.

Si on comprend assez bien qu’il faut dévoiler la roue afin de ne pas abimer d’avantage son vélo on ne peut qu’adhérer à l’absurdité de faire de la dynamique sans continuellement corriger les variations qu’elle induit sur la statique.

Une posture correcte, physiologique, n’est jamais un acquis, c’est un entretien continuel.

Cependant,il en existe un autre problème, plus pernicieux, c’est l’obsession du travail postural, l’ivresse de la pratique de la forme statique.

La pratique de la forme rassure l’élève, le conforte dans l’idée qu’il accomplit un plan parfait, une idée plus grande que lui et évidemment plus juste qui va le guider, l’accompagner dans sa recherche de la perfection.

La pratique de la Siu Lim Tao est à la fois la fondation de l’OC et également son poison le plus subtil.
La pratique obsessionnelle et unique de la première forme et à outrance peut avoir plus d’effets délétères que bénéfiques chez le débutant.
Coudes rentrés, poitrine creusée, genoux à l’intérieur sont souvent compris comme canons d’un « style OC » par le débutant qui s’enferme de lui même dans un schéma moteur, une visualisation réduite et unique de l’OC, un pattern, un système.

Or, les pattern, très rapidement au cours de votre pratique, vous allez apprendre à les lire, les identifier et les détruire en OC, consciemment d’abord, puis, très rapidement, de façon sous corticale.

“La seule vérité Durable”, bit Octavia Butler, “c’est le Changement”.

L’approche que je pense la plus raisonnable, doit être suffisamment simple et ouverte afin justement de ne pas constituer un système prévisible, répétitif, au cadre d’application défini et concret.

Ne recherchons nous pas le mouvement fantôme, la non forme ? Qu’attendons nous pour nous y mettre ?
Je pense sincèrement que la 3è forme, la Biu Jee, est la réelle forme pour les débutants. Ses mouvements sont explicites, permettent d’ouvrir le corps et de libérer les articulations et sont bien plus identifiables par le débutant pour l’utilisation pratique.
Là où la Siu lim tao enferme le débutant dans un sarcophage de contraintes, la Biu Jee, au contraire, lui permet de libérer son poignet, d’ouvrir l’amplitude articulaire de ses épaules et offre beaucoup plus de solutions pour s’adapter au chaos.

L’argument habituellement utilisé pour restreindre l’accès à la 3è forme à mains nues est souvent double : Le Danger.
-Danger pour l’étudiant qui peut se blesser en effectuant les mouvements de façon trop énergique avec un corps mal préparé.
-Danger pour le professeur de part la présence de coups dangereux dans cette forme, piques et coudes essentiellement.

A priori, la pratique lente et mesurée de la BJ dans les premiers mois permet de palier au premier problème, quand au second, les débutants ont souvent bien plus de jugeote que ne veut leur prêter leur professeur.
Les piques aux yeux et les coudes sont les deux techniques les plus difficiles à décomplexer chez un débutant mentalement normalement constitué, ce sont plus des interdits à lever dans la pratique corporelle qu’autre chose.

A propos du Bebop :

« Souvent, il jouait des phrases en surajoutant des harmonies ou créait des ponts qui étaient souvent très éloignés de la fondation harmonique de son morceau (changement de cordes).

Au delà de l’impression tumultueuse qui se dégageait de ses solos, il créait un véritable flux mélodique.
Que ce soit en tempo rapide ou lent, ses intenses improvisations communiquaient des émotions complexes et subtiles.
Les harmonies et les inflexions du Blues, qu’il jouait avec passion et imagination, faisaient écho dans ses improvisations. L’art lyrique de Charlie Parker était virtuose, la résultante de la coordination des nerfs, des muscles et de l’intellect poussaient l’agilité humaine et la créativité dans leurs derniers retranchements. »

“ I’d been getting bored with the stereotyped changes (harmonies) that were being used all the time. … I found that by using the higher intervals of a chord as a melody line and backing them with appropriately related changes I could play the thing I’d been hearing. I came alive.

Charlie Parker
 
 

Trop de travail statique et mais aussi, un travail statique non dirigé en fonction des attitudes posturales normales ou, le plus souvent anormales (encore appelées vicieuses dans le milieu médical) peut figer l’élève qui va, obsédé dans une ivresse de recherche de la perfection, va figer  sa gestuelle dans sa ou ses postures d’écoles.

L’enseignant doit libérer tout cela assez vite, ou alors il crée des clones, prévisibles et saccadés.

Le combat est par nature chaotique, sans cesse changeant et on est bien en peine d’aller au charbon avec un plan défini.
La recherche du chaos, de la spontanéité dans l’approche de l’élève, spontanément et sans effort, doit être le but de l’enseignant et non pas l’asservissement de l’élève dans des règles et des obligations de posture ou d’attitudes absurdes qui ne font que l’emprisonner dans un style, castrer son imagination dans un plan pré défini.

 

Pour en savoir plus : http://www.christophe-carrio.com/

Et je recommande la lecture de a réedition de « Un corps sans douleur » du même auteur.

 

Il existe deux positions de base dans notre école dans le cadre de l’application pratique du OC.

Mabo, qui est aussi appelée position du cavalier, quelle soit pratiquée avec ou sans effacement de la courbure lombaire suivant son utilisation de travail de poussée, de frappe ou de contre poussée ou en gainage.

Ce sont des postures qui ne respectent pas les courbures naturelles de corps et prônent l’aplatissement notamment de la courbure lombaire, le travail de ces positions doit toujours être précédé d’un travail de réveil de la colonne vertébrale et ne doit pas être effectué d’emblée au réveil ni après une station assise prolongée .

Ces postures doivent être complétées par un travail de fond au niveau rachidien ainsi qu’un assouplissement progressif du bassin et des haubans musculo fasciaux l’entourant.
On trouve ça dans les exercices du style de la Grue pour ce qui est de l’assouplissement de la colonne vertébrale ainsi que le « dérouillage » nécessaire de part le gonflement des disques inter vertébraux du au décubitus ou à la station assise prolongée.
Le gainage postural en position physiologique qu’on retrouve, par exemple, dans le mabo (position du cavalier) de Tai Chi Yang.

Idéalement, un travail de fond sur l’alimentation ainsi que l’hygiène de vie doit être effectué si on veut être complet dans une approche posturale respectant l’hygiène du dos.

Je recommande, par ailleurs, la lecture de la réédition de « Un corps sans douleur » de Christophe Carrio sur ce sujet :
Christophe Carrio

Les deux positions utilisées en pratique de combat, ainsi que leur liaison qu’on appelle parfois « nao sao » dans les branches allemandes d’OC ont été pensées pour différents buts :

– L’esquive antéro postérieure.
– La prise en charge de contraintes de poussées importantes au niveau des membres supérieurs

– Le développement de frappes explosives sans appel et avec peu de mouvements apparents

-La gestion des coups de pieds et la façon de les donner

-Le gainage du genou, l’assouplissement progressif de la cheville, deux éléments, en plus de la colonne et des ceintures, qui sont les premiers à lâcher lorsqu’un travail de fond n’est pas effectué, quelle que soit la pratique.

Le travail essentiel de ces positions est l’abaissement du centre de gravité, l’inhibition des muscles qui ne servent que de haubans à la frappe par leur étirement (Muscle Trapèze, Chef fléchisseur du Biceps) , placement optimal des muscles permettant une explosivité dans la frappe.

Si la position de travail tend vers un relâchement du haut du corps, le travail dans le bas du corps est un effort intense pour le débutant .

Sans le développement de la partie inférieure du corps, l’étudiant, impatient d’utiliser les techniques astucieuses de l’OC, ne fait hélas qu’agiter les bras.

Voici les points clés de la posture Yee Gee Kim Yeung Ma, en Anglais, parce que c’est la langue dans laquelle j’ai étudié ces principes pour la première fois :

Key points on Yee gee kim yeung ma :

  • Kim Sut : Internal roation of the hips, witch keeps the knees rotated inside and flexed, the apex of the patella is aligned with the big toe.
  • Lok Ma : Knee flex, they don’t press inside.
    Squeeze an imaginary orange between your knees without pressing inside.
    Don’t press inside, dammit !
  • Ting Yu : Retroversion of the pelvis, and then antepulsion. the feeling is a stretching on the area of the inguinal ring.
    At this point, verify you apply the first two steps, the position is now really difficult to stand, but be assured, it will get worse!
  • Ding Tao : Keep the head straight and the body erect.  The tongue is glued on the palate, the shoulders sink down and a little bit forward, the chin goes a little bit backward.
    An invisible string lifts the head up from the vertex point.
    The head goes up, the body goes down, the spine get streched from both sides of the 4th lumbar area.
    Keep your eyes on the horizon, reduce your thoughts.
    If you knee trembles and you feel bad, that’s really the moment to sink more ; Wait until it pass, at this point, you are working the stance.
    The general body alignement is backward but he back of the head is aligned with the back of the heels because af the knee flexion.
  • Mai Jiang : Press the elbow inside and backward, supination and ascension of the forearm, the wrist is aligned with the ulna’s direction. No contact with the thorax.
    « Turtle back » : witch means an horizontal state, you dont’ want a kyphosis on the dorsal area.
    The sternum empty itself, breathe with the nose and with the belly, in a traditionnal or reverse way.
    Shoulders down and slightly forward, elbow try to squeeze lightely behind your back, shoulder blades are glued on the rib cage.
    Fist are closed, never squeeze the fingers but try to kiss your pinkie with your thumb.

Points clés de la position Yee gee kim yeung ma :

  • Kim Sut : Rotation interne des hanches qui permet de maintenir les genoux pointés vers l’intérieur et fléchis. L’apex de la rotule est aligné avec le gros orteil.
  • Lok Ma : Flexion du genou, ne pressez pas le genou vers l’intérieur.
    Serrez une pomme imaginaire entre les genoux sans presser vers l’intérieur.
    Au cas où vous l’avez pas noté, ne pressez pas les genoux vers l’intérieur.
  • Ting Yu : Retroversion du pelvis, puis antépulsion.
    La sensation est l’étirement de la zone inguinale. A ce point, vérifiez que vous appliquez bien les deux premières étapes dans un miroir de préférence.
    La position vous parait atroce, mais rassurez vous, ce sera de pire en pire.
  • Ding Tao : Gardez la tête droite et le corps étiré vers le haut . La langue est collée au palais, les épaules tombent vers le bas et un petit peu vers l’avant, le menton est attiré vers l’arrière, le regard à l’horizon.
    Un fil invisible tire la tête à partir du vertex.
    La tête monte, les jambes descendent, la colonne est étirée depuis les deux extrémités de la 4r vertèbre lombaire.
    La pensée se réduit à une petite idée.
    Si vos genoux tremblent à ce point, c’est le moment de descendre d’avantage, de ne surtout pas remonter. Attendez que la sensation passe, qu’elle devienne tolérable, c’est maintenant que vous commencez à travailler.
    L’alignement de la colonne est vers l’arrière mais l’occiput est aligné verticalement aux talons.
  • Mai Jiang : Pressez le coude vers l’intérieur et vers l’arrière, supination et élévation de l’avant bras, poignet aligné dans la direction du cubitus. Pas de contact avec le thorax, pas d’ascension des épaules.
    « Dos de tortue » : les omoplates sont collés à la cage thoracique
    Le sternum se vide, respirez par le nez et avec le ventre, en le contractant par fasciculations du bas vers le haut.
    Les poings sont fermés, ne serrez jamais les doigts mais essayez de rapprocher le pouce du petit doigt.
Publicités
  1. Très bon article. C’est toujours un plaisir de vous lire et vous relire !!

  1. Pingback: Mise à jour de l’article : “la posture” 30 juillet 2012 « ECOLE DU POULPE RADIEUX

  2. Pingback: Ecole Du Poulpe Radieux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :