Publicités

Archives de Catégorie: Strasbourg

If you meet me.

De construire par le haut ou d’ériger par en bas :

OC isn’t a Style, It’s a Work method.

Pas de secret en OC,

juste des élèves qui entendent des trucs différents, ou des profs qui enseignent des trucs différents à des élèves qui sont différents.

Un Maitre, dans les années 1960, en Chine ou à HK, c’est un gars qui essaye de faire ressortir le maximum du potentiel de son disciple en fonction de ses capacités physiques, psychiques et intellectuelles.

A chaque élève sa pratique.

Ce qui est vrai pour l’un, n’est pas forcément vrai pour l’autre.

Par exemple, on va pas demander à un petit gros de faire la même chose qu’un grand maigre, ils ne vivent pas dans le même référentiel.

L’un va pouvoir faire des soleils sur une barre, l’autre va pouvoir utiliser sa force au sol avec une efficacité considérable par exemple. Reste à ne pas se tromper sur qui fait quoi…

L’uniformisation d’un style de Gung fu n’est que la volonté d’une personne de laisser une empreinte, un éponyme dans le nom d’une technique.

Que ces personnes choisissent de se répandre dans le monde, ou alors de se regrouper en petits groupes fermés et sectaires, c’est le même problème, on ne peut uniformiser sa pratique en style sans faire des dégats, des incompréhensions, ou alors, et c’est la solution, sélectionner ses élèves selon ses besoins, ses désirs.

Un Maitre vend une méthode de travail le plus souvent, ce qu’on appelle la base.

Le problème, c’est que certains confondent travail de base et technique, stratégie de combat.

En OC, c’est la fameuse rétroversion du bassin, qui, érigée en méthode de vie ou en travail exclusif, crée bien des déséquilibres posturaux aussi bien statiques que dynamiques, en dehors du contexte du combat, mais également dans celui ci.

Je croise très très souvent des personnes qui ont fait 1 ou 2 ans d’OC et qui ne savent plus marcher correctement,

– Un du fait de leurs travail sur la chaise, car ce sont souvent des geeks, des informaticiens, des intellectuels qui se mettent à l’OC, on constate une fonte des chaines postérieures, notamment des fessiers dont le travail est relayé par les muscles érecteurs du rachis. C’est ce que Christophe Carrio appelle, entres autres, la prise en main par les muscles synergistes du travail des agonistes dans sa réédition de « Un corps sans douleur » dont je recommande la lecture ici.

– Deux parce qu’il s ont intégré dans leur schéma moteur la hantise de garder la verticalité, ce que certains ici appellent la structure, en pensant à une Tour Eiffel (problème certainement environnemental qui influence les idées et les cloisonnent, prions pour eux…) alors qu’il faut penser alignement.

Les adultes compliquent tout, alors qu’il suffit d’observer les enfant pour voir la bonne façon de pousser, de donner un coup de poing, de marcher…

No secrets in OC.

Only different students, different minds, different body who listen different things from who taught them.

Some people, like Yip Man, also didn’t taught the same things to all students.

A Master, in the 1960’s, in China or HK, is a guy who tries to express what’s the best in a student. The age, the physical profile, the mental and the temper of the student are key elements for the choice of what a teacher will do.

And, of course, the more the student and the teacher are compatibles, the more the transmission will be easy.

« Don’t thrust me »,  Yip Man used to say to his students, « it’s you who use Wing Chun, and not the other way around ».

There’s a way for every student

What is true for one, can be false for another.

For example, ground will be more interesting for a fat and short guy than to learn how to do flying kicks.

Sets in wing chun are for every kind of people, but there are more concepts for short ones.

One must know, there’s an age, a temper, and a moment to do Wing Chun, no need to rush it and be frustrated. There are plenty of other way to use the body than wing chun that fits people who just can’t use the radiant spring way of boxing.

Uniformisation in gong fu is the will of egotic teachers who want to create a style, the same for all, a sort of panacea, or simply, they only teach people who are fitting in their art.

A real master teach a method, a work method. This goes beyond the notion of style.

In OC, there’s the famous retroversion of the pelvis. When this detail becomes a way of life or an exclusive stance, it creates a lot of structural aberrations both in the static and in the dynamic attitude of the student.

I met a lot of people who made 1 or 2, or even more years of OC and don’t realize they don’t know how to walk properly anymore.

Adults tend to make everything complicated, just watch babies, kids, they will teach you how to push, to punch, or simply to walk…