Publicités

Archives de Catégorie: Uncategorized

Shanice and Baboon : « Living Puppet acoustique »

Shanice again, not so strayed cat struggling and playing with the purple shadow or her desires.

In the void that binds lies the strings of fate, echoing the cries of despair and the shouts of glee.
We walk alone, surrounded by the shadows of strangers inside, and outside our mind.

There’s an huge temptation in alienation, in the madness offered by empathy,
The urge to touch, to feel, to listen or the need to flee inside, outside,
This desire within, that is or isn’t so vain and stupid, but give substance,
Inside, and outside.

What matters isn’t what you believe you are, but what you do with it.

Mama Pimp and the Funk Pushers (un groupe à suivre de très près):

https://www.facebook.com/pages/Mama-Pimp-And-The-Funk-Pushers/149036608524279

Publicités

Youssef And Poulpe Paos : Jardin Des Tuileries Paris.

« Qui ne sait aucune langue étrangère ne sait pas sa propre langue. »
Goethe.
« Rien ne devient jamais réel tant qu’on ne l’a pas ressenti. »
John Keats.

« Faut Sauter sur les côtés »
« La corde c’est open bar »
« C’est bon? »
« Ouais ça vient »

« Jen ai pas fait depuis 5 ans »
« ça s’oublie pas »
« L’âge de 5 ans »

« Faut varier les plaisir, comme pendant l’amour »
« Je te montrerai ça la prochaine fois, mais avec un pneu »

« Yiiiiiikes »

« YOUSSOP a gagné son premier cachet à 13 ans, en 1971, la somme était de 40 Bahts, cela représenterait aujourd’hui 1,5 €. Issu d’une famille de neuf enfants, six frères (5 boxeurs dont deux pro) et deux soeurs. YOUSSOP préférait le football, mais le sport qui rapportait de l’argent en Thaïlande était le Muay.

De l’argent, il en avait besoin pour aider sa famille: leur construire une maison, envoyer ses frères à l’école, permettre à ses parents de se soigner car la protection sociale n’existait pas.

Immédiatement, il s’investit corps et âme dans le muay. Au bout de dix ans de travail, son premier combat important se déroulera au Lumpini en 1980, où il remporte la médaille du général Premier Ministre PREM TIN A SULANOEN. Ensuite le succès continue, YOUSSOP est quatre ans N°1 du Lumpini en 79, 80, 81 et 82 dans la catégorie des 61,5 kg. Il est en 5ème position du célèbre classement des nakmuays « Top 10 » en 1980. (Pour le détail du Top de 1980, voir à la fin de l’article). A cette époque, ses cachets montaient à 120 000 Bahts par combat (soit 2700 € environ), une somme très importante. Les combats se sont enchaînés, parfois avec seulement 48 heures de repos entre deux combats. Alors qu’en France, obligatoirement trois semaines séparent les rencontres. YOUSSOP ne compte plus le nombre de combats qu’il a disputé durant toute sa carrière, il en a près de 200 ! Parmis les plus grands adversaires qu’il a rencontré : SOMSONG (victoire par KO technique ), Fabrice PAYEN (Champion du Monde) (victoire aux points), Stéphane NIKIEMA (Défaite par KO 5 ème round). »

Merci beaucoup à Youssef, élève de Youssop, de m’avoir remis patiemment sur les rails en boxe thai, cela faisait un moment, et j’avais besoin de me réconcilier avec la cousine majeure de l’OC.

Beaucoup de sueur, de douleur et de travail, mais une superbe leçon de « comment que qu’il faut faire » pour tenir les paos, je regarde la vidéo encore et encore, et j’apprends chaque fois de nouvelles choses.
Combien il est important de montrer les vraies attaques, et de savoir mettre en valeur l’autre, à chaque coup, à chaque impact.
Tenir les pao, c’est un don de soi, de sa patience, de son expérience, de son corps et de sa santé, c’est aller à la rencontre de l’autre, mettre en silence ses capacités pour apprendre et enseigner en même temps..
Ce n’est pas à la portée de tout le monde, merci de me l’avoir montré, de me l’avoir fait sentir.
Merci aussi pour l’utilisation du rebond de la jambe entre les coups, de superbes applications pour sortir des attaques vraies et des attaques fausses enchaînées, on ne le voit pas sur la vidéo, je commençais à le comprendre la deuxième fois qu’on s’est vus, je l’ai plus travaillé depuis, c’est super fandart.

Et merci bien sur pour les autres petites choses, les coudes, les enchainements basiques, poing, poing coude, poing coude genou, la façon de se protéger ainsi que mes nombreuses questions sur le comment de la gestion du contre, dans un sens (thaie – OC) et dans l’autre.
Merci pour ce moment de don, pour la passion et la disponibilité.
Un enseignement véritable, c’est comme une frappe interne, on n’en ressent les conséquences réelles qu’un certain temps après.

A Bientôt.


If you meet me.

Sur les épaules de Darwin.

Sur les épaules des géants, se tenir sur les épaules des géants, et voir plus loin, voir dans l’invisible à travers l’espace et à travers le temps.

Tenter de faire surgir, de percevoir, de ressentir les innombrables dimensions du monde qui nous entoure.
Tenter de vivre ce que nous n’avons pas connu, ce que nous pouvons percevoir et ressentir que de l’extérieur.

Ce qui nous éblouit dans l’étrange splendeur du monde vivant.
Ses formes, ses couleurs, ses mouvements, ses murmures, ses chants, son souffle, ses palpitation son tempo, sa présence, son silence.

http://www.franceinter.fr/emission-sur-les-epaules-de-darwin-un-cadeau-de-nouvel-an-les-battements-du-temps-16

Life is Sad, but also Breathtaking.

Some days you climb the wrong mountain, persuaded to find light on the crest,
But the only thing you meet is rocks and Ghosts howling in the mist,
Never feel ashamed to be weak, hopeless or depressed,
Weakness is the Tough’s ultimate Luxury, Smile ! It makes your ennemies pissed !

There’s never any plan that works as planned.
There’s no future that’s already canned !

Always keep that in mind : Past is dead, Future is a mystery, the only thing that matters is the Present.

Life is violent, life is sad,
Life talks gibberish and it almost never makes any sense,
But if you try sometimes, just a little bit more, it can just be breathtaking,
Even if you have to fetch it really hard, you can always find a moment to be riveted by beauty,
Under a radiant sky.

Siu Lim Tao : Top of the Swiss Wall, Summer 2012 , 2217m.

That’s called : Making a Will san out of yourself, or posing like a Kziaz, or like a TDO you choose witch you want.

Music : Cowboy Bebop OST Future Blues : « Gotta knock a little Harder »
Mai YAMANE for the voice, Music and Lyrics, Yoko KANNO

Some Nights

 

Sleep eludes you ans some voices raise within forcing you t write effortlessly

Si un jour je dois défendre quelque chose de très important, je vais essayer de le faire debout, dans le corps et dans l’esprit d’un Homme.

If, one day, I must protect something really important, I’ll try to protect it standing on my feet, in the body and the mind of an Human Being.

Struggle to remember, Forgive but  try never to forget : past doesn’t exist anymore, future eludes me. The only thing that matters is where and when I live, my time is the present, and it’s more fun this way.

Ne jamais oublier que le passé n’existe plus, que le futur est un mystère et que seul le présent compte.

Long Bridge Energy

« Long Bridge energy is not really a strategy, it’s more a state of awareness of the connexion of the body and the mind, what I think TST calls « niem lik ».

The strategy to discover the long bridge is proper form in the legs, than correct visualisation training, the intention you make in your moves.
For example, in the last saam pai fut in the end of the form, just before the bong sao, if no one says to you that when you go palm up than you do jum sao, you must, not only copy the move, but also visualize a constant forward spiral, you miss the move entirely, and it’s purpose.
Your move will be palm up, and then you will rotate the joints of the forearm to present the edge, you will miss the forward pressure you get when you squeeze the articulations and the muscles in a constant forward spiral, and that without moving an inch.

Some people call it internal work, some call it internal energy.

For me, it’s moving the basic activation of the muscles, being ready in the proper way without movement to be seen from the outside.
That can only be worked with visualisation because the brain is able to activate specific groups of muscles if trained… Niem lik.

So, when you have long bridge, witch is cultivated everyday in the way you do your form, the most difficult thing is not to turn it on, but to switch it of, it becomes a habit, it becomes part of how you move.

Than over that, you can apply any strategy you like.

For your last question, when you work the long bridge, the tansition from the short to the long distance must be felt, from your sensations, and from the guy who test it by touching you point of view, continuous. »

Extract of a discussion on the forum :  Martial Talk

 

Chi in Wing Chun : Part 03

Spéciale dédicace to AMERI DO TE

MASTER KEN, sincerely yours, you rule !

Une discussion autour de ce sujet, in French par contre :

Discussion sur TM

 

Plus d’infos :

www.hypnose-p-strasbourg.org

Chi in Wing Chun : Part 1 and 2, physical aspects

One inch power, short and long bridge, and some words on « niem lik », all that under a radiant sky a sunday morning.

More vidéos to come, stay tuned
Playlist here :

http://www.youtube.com/playlist?list=PL8475D7E2D2ED7F38&feature=view_all

Nouvelle vidéo : Le Chi en Wing Chun

  • Partie 01 : Les Frappes courtes.

  • Partie 02 :Les points vitaux, les Ko « No touch »
    La manipulation du Chi
    La projection du Chi

  • Playlist sur youtube :

 https://www.youtube.com/playlist?list=PL8475D7E2D2ED7F38&feature=edit_ok

Chisao 01 : Bong Sao Fever !

N’hésitez pas à laisser un commentaire ici et/ou sur Youtube !

Discussion endiablée à propos de cette vidéo ici :

http://www.techniques-martiales.com/tm-forum/sujet-3559-90.html

https://www.facebook.com/groups/octopusland/

 

« To bong Sao or not to, that’s a good question ! »

If one’s body has been correctly trained since the beginning, bong sao never happens.

Bong sao can be the beginning of a solution, or the beginning of big trouble.
Not to bong sao.

From Siu lim tao, witch only contains one bong sao, we follow with two forms with more of this move, variations in emergency in Biu Jee (The darting fingers ») and practical use in Chum kiu (« seeking the bridge »).
In the Wooden Dummy, it’s practical use of the move that is discussed, with physical and solid opposition.
Wooden dummy practice gives the student patterns and strings to survive the chaos in actual fight.

Siu Lim tao is the beginners tao, and also the master’s tao, one with complete undertanding of Wing Chun hardly use anything but the first set of moves.

Biu Jee isn’t the ultimate and cheesy stock of move tao of the death… Biu jee contains the worst case scenarios,  when you are outclassed, in trouble…
Biu Jee is the real beginner’s tao.

« To bong Sao or not to, that’s a good question ! »

Si le corps a été bien formé, si la stratégie est bonne, on a jamais besoin de bong sao.

Le bong sao, c’est un début de solution au début des emmerdes…
Not Bong Sao.
A partir de la siu lim tao, qui ne contient qu’un bong sao, on arrive à deux formes qui en contiennent beaucoup plus… Des solutions de repli à la Chum Kiun, des solutions de dernière chance à la Biu Jee.

Pour ce qui est du mannequin de bois, cette forme tient compte de la réalité du terrain, le combat, c’est la m…, ce qui paraissait un bon plan au début, devient vite, dans le chaos ambiant, une mauvaise solution.
le mannequin, de par sa construction en suite ternaire non linéaire, permet d’ancrer les ficelles pour prendre des raccourcis pour sortir du chaos.

En Siu lim tao, le tao pour débutant, tout est calme et harmonie, c’est le tao des débutant, c’est le tao des maitres.

Le tao dont il faut le moins s’inspirer est la biu jee, baser son système sur la biu jee, c’est sur jouer, c’est répondre à une connerie par un lapsus, ou une scansion…
Comprenne qui pourra, comprenne qui voudra…

A propos de la self défense

Il n’existe pas de méthode rapide et efficace de self défense, genre montre moi deux trois techniques en une semaine….

Savoir se défendre, ça prend du temps.
C’est un travail de fond.
Après, il y a des arts plus pragmatiques que d’autres, plus ciblés.

Encore faut il que l’élève sache définir quels sont ses besoins réels et surtout fictifs.

L’efficacité des systèmes rapides, ou des stages, c’est surtout la prise de confiance en soi de l’élève qui oublie ses besoins fictifs, le revers de la médaille, c’est quand il est confronté au réel et qu’il essaye d’appliquer ce qu’il a bossé deux trois fois sans faire du travail de fond, c’est à dire :

– Le physique
– La technique
– LE PSYCHIQUE.

C’est là que les illusions s’effondrent, que ce soit en soirée où les techniques ne marchent pas, ou dans la rue, où le débutant qui a plein de bouteille à coup de stages et de techniques bien propres, n’attend plus qu’on l’agresse pour tester, et va finir par se mettre de lui même dans des situations qui le dépasse.

Méfiez vous toujours des cours où vous sortez plein de confiance et gonflés à bloc, fiers et surs de vous.

Contre qui vous êtes vous entrainés?
Contres quelles situations mâchées, préfabriquées?
Connaissez vous vos forces, vos faiblesse, vos limites?
Vous aide on à les dépasser ou évoluez vous dans un monde artificiel?

I used to, Il fut un temps pas si lointain : Le Wing Tsun

Je pratiquais dans une école de Wing Tsun,

 j’ai passé mes grades dans la lumière, j’ai volé dans l’ombre. Le système voulait ça, il avait besoin de moutons pour le nourrir, de voleurs pour le maintenir en place, tant bien que mal…
  • Quand j’ai accédé au mannequin de bois, à ses principes et à ses techniques, je me suis rendu compte que quelque chose clochait, on me demandait de rebrousser chemin… tout ce que j’avais construit, le spectre soyeux, je devais l’abandonner pour devenir dur, élastique et coupant à la fois.
  • les bras de mon professeur, si sensibles jadis, se durcissaient de plus en plus, écoutaient de moins en moins.
    Et je constatais partout le piège abscons de l’engagement, le sacrifice de l’individu au profit d’un système, d’une machine à uniformes, à uniformisation.

 

  • Dans ma famille, on aime pas les uniformes, un grand père « malgré nous » , embrigadé dans les jeunesse Hitleriennes à 17 ans, chasseur alpin (sniper) et revenu du front Russe avec du métal dans la jambe, dans les fesses.
    Mon autre grand prère Juif, évadé d’Auschwitz, légion d’Honneur parce qu’il l’a fait en emmenant un copain.

l’Alsace c’est ça, Janus aux deux visages de tomi Ungerer :

  • En ce temps là, j’avais beaucoup de techniques, d’exercices, de drills, de flows codifiés…
  • Puis j’ai rencontré un certain Chinois, ma première réaction a été de le tester, d’y aller, je ne voyais que peu de différence avec ce que je faisais déjà, seulement des détails, des petits détails.
  • Le lendemain, mon étudiant le plus ancien ne comprenait plus ce que je faisais avec mes bras, il me demanda : »qu’est-ce que tu as changé? »
    je lui ai répondu : « je n’en sais rien, tu étais là, je fais seulement ce qu’on nous a montré l’aut’ soir! ».
    mon cerveau n’avait pas encore compris ce que mes bras essayaient de lui démontrer, saleté de progression sous corticale chez les poulpes.
  • Maintenant, cela fait plus d’un an… J’enseigne de moins en moins de techniques en OC, je re découvre l’écoute, le son dissonant de chaque étudiant, la cacophonie de l’ensemble, c’est souvent fatiguant mais jamais plus je ne m’enfermerai ou piègerai les autres dans un système, une boucle qui se mord la queue.
    Le Oc n’est pas unique, uniforme, il s’incarne.
  • « Ce n’est pas le OC qui vous utilise, mais l’inverse » John Squire.
  • Les systèmes, les hiérarchies, les suivants, les adjudants ont ça de pervers qu’ils finissent par tirer l’édifice vers le bas, à vider le haut par envie, médiocrité et ignorance. Les suivants, les disciples n’avancent jamais, ne partent jamais, et finissent pas tirer l’édifice à sa ruine.
  • Un Gong fu en général, le OC en particulier, c’est amener l’individu à s’exprimer selon sa morphologie, sa psyché, son vécu, et bien sur, cela nécessite plus de travail, et c’est moins rassurant pour les élèves, d’apprendre à se laisser guider par leur propre souffle créateur au lieu d’entrer dans un moule, un cocon pédagogique où leur voie est toute tracée.

    Ne faites jamais de moi un Maître je vous en prie, laissez moi rester étudiant, la Maîtrise, c’est ce qui peut arriver de pire à un Homme. Laissez aux autres le soin de se faire Mettre (oups pardon, ça s’écrit pas comme ça?).

    « Les maîtres véritables sont les étudiants eux mêmes » Dale Dubin
    « Les maîtres véritables sont encore des étudiants »


    I used to practice in a german branch of Wing Tsun

  • I used to practice german branch of wing Tsun, I worked in the light, I steeled in the shadows, the system wanted that.
  • I worked in the light an steeled in the shadow to learn, when I accessed to the knowledge of the third technician degree, the mook jong, the wooden dummy, I realized something was wrong…
    I had, at this point, to throw out everything I had learned before to use less skill, more force.
  • I had a lot of techniques at this time.
  • I met a chinese guy who showed me a different way to think on the principles of Wing chun, and I simply said : « What the fuck with this gramps at first », but, next day, my students couldn’t cope with my arms, even the most advanced ones and said, « what did you do? What did you change? ».
  • I didn’t understand, but I started to watch carefully at what my arms had learned, I changed things, one step at a time.

Now, It’s been almost one year… I don’t teach so much techniques anymore, I can’t go back in the german system, I see them, they seem not to feel me, see that I’m in, they think they can use techniques but they don »t even connect their limbs, root their feet, they don’t realize they stopped listening to their body, and the others…

Su Dong Chen – Charlie Parker

« A school is the entrance of a martial art. » 

« As an example a musician may prefer to play contemporary music and limit his training to one school to teach him this style of music, choosing to only play contemporary music. Another musician may prefer to play contemporary music, however he may study and learn aspects of Jazz, Classical, Blues, etc. as well. The first musician will be limited due to an environment that does not stretch and challenge his abilities as well as his thinking thereby limiting and arguably stunting his growth. The second musician by researching other styles is stretching his abilities and his thinking, and is forced to develop a deeper understanding of music as a whole. Lire la suite